RUBRIQUE MEDICALE

 

Aucune information reprise sur ces pages, ne peut être reproduite ou copiée sans autorisation préalable de la chatterie Terenshof et doit mentionner la source.

mail to Chatterie Terenshof

 

LA VERSION FRANCAISE EST ENCORE EN COURS DE CONSTRUCTION. D'AUTRES SUJETS SUIVERONT

Sujets

La PIF (Peritonite Infectuese Féline)

Les groupes sanguins des chats

Le corysa du chat

La toxoplasmose

 

La PIF : Péritonite Infectieuse Féline

Un grand tabou dans le monde des chats!

Préambule

Dans le monde des chatteries, la PIF est un sujet difficilement abordable.

Quand, dans une chatterie, un chat ou un chaton vendu meurt à cause de la PIF, on essaie de le dissimuler avec la plus grande discrétion, de peur que la chatterie soit mise en cause.

Cette pratique est probablement due à un manque d'information correcte et les nombreuses balivernes existants autour de ce sujet.

En espérant briser ce tabou, j'ai essayé d'éclaircir le sujet avec les informations suivantes

Les sources consultées sont :

www.dapsirius.be

www.dr-addie.com

Tous mes remerciements à:

Dr. Delphine Criel (vétérinaire dans le cabinet vétérinaire Sirius à Malines)

Dr. Gerda Van De Werf (vétérinaire dans le cabinet vétérinaire Sirius à Malines)

et Dr. Els Cornelissen du laboratoire de virologie à l'Université de Gand

pour avoir relu et commenté ce texte

• Qu'est ce que la PIF?

La PIF est une cause de mortalité importante chez les chats.

La maladie est provoquée par le coronavirus.

La plupart des chats sont porteur de ce coronavirus. Ce virus se multiplie à l'intérieur du chat et pendant cette multiplication, de temps à autre une erreur, provoquant la mutation de celui-ci peut se produire. C'est à cause de cette mutation que le virus de la PIF apparait, ce qui peut rendre le chat très malade. (On pourrait le comparer au cancer chez les humains : toutes nos cellules se multiplient et quand une erreur se produit, une « mauvaise » cellule peut continuer à se diviser et provoquer une tumeur.)

On parle de la Péritonite (péritoine = paroi de l'abdomen) Infectieuse (infection) féline (chat).

Cette dénomination n'est pas tout à fait correcte parce qu'il ne s'agit pas d'une inflammation du péritoine même, mais d'une inflammation des vaisseaux sanguins (angéite) de la paroi de l'abdomen.

La raison pour laquelle la PIF se développe chez un chat et pas chez un autre n'est pas tout à fait claire.

La maladie peut se manifester sous deux formes :

• La PIF humide

Il s'agit de la forme aiguë de la maladie. Dans ce cas, de nombreux vaisseaux sanguins sont gravement atteints.

Lorsque cela se produit dans l'abdomen, le ventre gonfle à cause de l'épanchement de liquide (ascite).

Lorsque les vaisseaux sanguins du thorax sont atteints, le liquide se répand dans la poitrine et le chat manifeste alors des difficultés à respirer. Les autres symptômes sont : la fièvre, perte d'appétit, perte de poids, jaunisse et anémie.

L'état général du chat se détériore très vite. Il n'a plus que quelques jours voir quelques semaines à vivre après avoir développé cette PIF.

• La PIF sèche

C'est la forme chronique de la maladie. Au début, les symptômes sont vagues comme la perte de l'appétit, un changement de caractère, l'inertie, une baisse d'activité. Les chats souffrent également de la jaunisse qui se traduit par une coloration jaune de l'intérieur des paupières et des oreilles. Beaucoup de chat montrent également des symptômes au niveau des yeux : l'iris (la partie colorée de l'œil qui entoure la pupille) change de couleur et parait souvent trouble.

La coloration de l'iris et l'aspect trouble des yeux.

Aussi bien la PIF humide que la sèche est finalement mortelle.

Source : www.dr-addie.com

• Porteurs du coronavirus.

84 % des chats (c'est à dire pratiquement tous les chats) sont porteurs du coronavirus.

Dans les chatteries, 5% des porteurs développent la PIF (bien qu'il soit difficile d'établir un pourcentage)

Vu que presque tous les chats sont porteurs de ce virus, la présence de titres d'anticorps de ce virus ne donne pas d'information fiable.

Les titres d'un chat atteint de PIF peuvent être aussi élevé que celui d'un chat en parfaite santé qui n'a pour autant pas la PIF.

• Comment les chats attrapent-ils le coronavirus?

Le coronavirus est secrété par les selles, le nez et les yeux.

L'infection par le coronavirus, qui est en soi un virus innocent sans conséquences graves, peut de temps en temps provoquer temporairement des vomissements ou de la diarrhée.

• Examen et traitement.

L'analyse sanguine faite pour dépister la PIF ne donne pas de certitude à 100% (mais seulement à 90%) concernant la supposition de la présence de la PIF. Le diagnostic ne peut être établi qu'après autopsie (et donc après le décès du chat).

Un certain nombre d'affection provoque également ces symptômes, dès lors il est important que le vétérinaire examine toutes les possibilités.

Jusqu'à présent, il n'existe pas de traitement pour la PIF. En donnant des médicaments, on peut ralentir le processus, mais même ralenti, le décès du chat est inévitable. Il faut en tenir compte avant de décider de prolonger inutilement la souffrance de notre ami domestique et de prendre la décision qui vous convient le mieux.

•  Une chatterie sans la PIF ???????

En réalité, cela n'existe pas. Théoriquement, on peut essayer d'éliminer tous les coronavirus de la chatterie en ne prenant que des chats qui ont 0,0 titre d'anticorps et de limiter le nombre de chat.

En pratique, cela implique de couper totalement la chatterie du monde extérieur (tes chats dans une boule de verre ?????).

Donc, des expositions félines, des saillies à l'extérieur, des visiteurs possédant des chats sont hors de question parce que ton chat y attraperait d'office le coronavirus. C'est également le cas pour les chatons vendus qui quittent la chatterie et attraperont le virus ailleurs.

C'est une roue sans fin……

• Comment limiter le risque d'une mutation du coronavirus vers la PIF?

• Minimalisez le stress du chat. Limitez le nombre de nouveau-venus dans la chatterie. Laissez assez de temps entre deux portées.

• Maximalisez la nourriture.

• Maximalisez l'hygiène du bac à litière.

• L'éleveur est-il responsable quand un chat attrape la PIF?

Non, sauf si le chat était déjà malade au moment de la vente. (Ce qui devient très vite évident après la vente.)

Personne ne peut prédire ni prévoir qu'un chat développera la PIF.

Certains éleveurs donnent une garantie d'un an pour la PIF à l'achat d'un chaton. Mais c'est à chaque éleveur de décider à le faire ou non. Néanmoins, il est important que le point de vue de l'éleveur soit clair afin d'éviter des discussions.

Puisque les bonnes dispositions font de bons amis……………

• Que peux-tu éventuellement faire quand ton chat a la malchance de développer la PIF?

Vu que la science n'a pas encore trouvé de remède contre la PIF, il est important de soutenir les recherches la concernant. Les universités, doivent, faute de matériel d'étude, infecter des chats sains à la PIF afin de pouvoir chercher une solution pour ce problème!

Laissez-moi vous raconter ce qui est arrivé quand mon si gentil petit matou de 8 mois a développé la PIF :

Vu qu'une analyse sanguine et que les symptômes indiquaient qu'il y avait 90% de chance de PIF (il présentait également les symptômes de la PIF sèche), j'ai eu une conversation avec mon vétérinaire concernant les recherches au sujet de la PIF. Je décidais d'aider la science à trouver un moyen de guérir la PIF.

Le vétérinaire a tout réglé avec l'Université de Gand et le jour suivant, j'ai amené mon petit chat au cabinet vétérinaire où une demoiselle très gentille de l'équipe de recherche de Gand m'attendait. Elle me donnait une explication très précise de ce qui allait arriver à mon chat. On l'amenait à Gand où il serait immédiatement euthanasié comme chez le vétérinaire, suivi aussitôt d'une autopsie. Si le chat est endormi chez le vétérinaire et puis transporté à l'université, les organismes importants à examiner allaient dépérir durant le trajet. Je le comprenais très bien et lui dit au revoir. Quelques jours après, j'ai appris qu'on a pu recueillir beaucoup d'informations importantes concernant les processus qui se déroulaient dans son petit corps. Cela m'a beaucoup consolé, je l'aurais quand-même perdu, mais maintenant son décès avait une signification. Sa mort pourrait dans le futur aider à protéger d'autres chats. Il n'est pas mort en vain.

• Conclusion

Comme vous pouvez le constater, la PIF est un problème frustrant autant pour le vétérinaire, que pour l'éleveur et les propriétaires. On ne peut ni prévenir la maladie, ni la guérir et établir le bon diagnostic est souvent très difficile, un vaccin ne donne pratiquement aucune protection……………………

Beaucoup d'éleveurs et certains propriétaires seront confrontés tôt ou tard avec la PIF.

N'est-il pas grand temps de briser le tabou, de donner plus de publicité à cette maladie et la rendre discutable……….

Article composé par Inge Muyldermans.

Traduction : Duchène-Festjens.

Retour en haut de la page

 

Les groupes sanguins des chats.

 

L'isoérythrolyse néonatale félin ou la maladie hémolytique du nouveau-né.

Un des évènements le plus dramatique pour un éleveur de chats est de voir une portée de chatons s'affaiblir et mourir dans les deux jours qui suivent la naissance.

Néanmoins, nombreux éleveurs de British Shorthair ont vécu ce drame, jusqu'au moment où on a découvert la cause. C'est le lait de la maman ayant un groupe sanguin différent des chatons qui les tue.

Ce problème se manifeste surtout chez les races anglaises, car environ 60% de ces chats sont du groupe B. Mais n'importe quelle race de chat peut être atteinte.

Connaître le groupe sanguin d'un chat peut sauver sa vie et celle de ses chatons.

Quels sont les groupes sanguins des chats?

On trouve essentiellement deux groupes sanguins chez les chats: A et B, et dans des cas très rares AB.

Le groupe sanguin d'un chat dépend des protéines de la surface des globules rouges.

Tout comme chez les humains, en cas de transfusion sanguine, il est important pour les chats de recevoir le bon type sanguin.

Sinon, le système immunitaire va réagir et les conséquences peuvent être fatales.

Qu'est ce que l'Isoérythrolyse Néonatale Félin ?

Isoérythrolyse signifie la destruction des globules rouges.

Néonatale signifie les nouveau-nés.

Félin signifie les chats.

C'est une affection qui touche les chatons lorsqu'ils sont d'un groupe sanguin différent de celui de leur mère. Par son lait, ils reçoivent des anticorps contre leurs propres globules rouges, ce qui les détruit. Ceci provoque chez les chatons une jaunisse, des urines marron et une mort rapide. Dans certains cas moins graves, l'extrémité de la queue se détache.

Une portée de chatons souffrant de l'isoérythrolyse néonatale félin.

Ils ont les nez jaunes et le chaton blanc a sa queue qui saigne.

La patte du chaton est jaune à cause de la jaunisse.

Comment prévenir l'isoérythrolyse néonatale félin? (reprise ci-dessous comme INF)

Il est très important de déterminer le groupe sanguin des chats (male et femelle) avant d'avoir des portées.

Selon les gènes, un chat peut avoir comme groupe sanguin A ou B :

LES GENES LE GROUPE SANGUIN
AA A
bb B
Ab A

Comme vous le voyez, une partie des chats du groupe sanguin A, possède également le gène b.

Regardez le tableau ci-dessous pour les combinaisons possibles :

FEMELLE

MALE

CHATONS

A (AA)

A (AA)

A (AA)

A (AA)

A (Ab)

A (AA) of Ab)

A (AA)

B (bb)

A (Ab)

Aucun risque d'INF puisque les chatons ont le même groupe sanguin que leur maman.

FEMELLE

MALE

CHATONS

A (Ab)

A (AA)

A (AA ou Ab)

A (Ab)

A (Ab)

A (AA ou Ab) ou B (bb)

A (Ab)

B (bb)

A (Ab) ou B (bb)

Aucun risque d'INF puisque les chatons ont le même groupe sanguin que leur maman.

FEMELLEFEMELLE

MALE

CHATONS

B (bb)

A (AA)

A (Ab)

Il y a un danger d'INF !!!!!!
Les chatons n'ont pas le même groupe sanguin que leur maman.

B (bb)

A (Ab)

A (Ab) of B (bb)

Il y a un danger d'INF !!!!!!
Les chatons n'ont pas le même groupe sanguin que leur maman.

B (bb)

B (bb)

B (bb)

 

Test du groupe sanguin des chatons à la naissance.

Dans le cas d'une combinaison à risque, une goutte de sang du cordon ombilical peut être utilisée afin de déterminer le groupe sanguin du chaton et d'évaluer s'il peut boire le lait maternel.

Si les groupes sanguins de la mère et du chaton sont différents, mieux vaut empêcher le chaton de téter durant les 16 premières heures et lui donner du lait artificiel. Après ces 16 heures, le chaton peut normalement téter sa mère sans danger , même si celle-ci est d'un groupe sanguin différent.

Les intestins du chaton nouveau-né ne sont perméables aux anticorps contenus dans le colostrum (le premier lait maternel) que durant les 16 premières heures de sa vie.

La fréquence du groupe sanguin B dans différents races de chats selon les statistiques (liste BSH sur internet):

Abyssin / Somali 22 %

Sacré de Birmanie 16 %

British Shorthair 59 %

Devon Rex 43 %

Persan 22 %

Scottish Fold 15 %

 

Article d'Inge Muyldermans,

D'après les sources suivantes:

www.dr-addie.com

www.bcfvzw.be

Traduction : Duchène-Festjens

Retour en haut de la page

Le coryza du chat.

Introduction

Le coryza est la maladie la plus commune chez les chats. C'est une infection extrêmement contagieuse qui peut rendre le chat très malade.

Origine.

Le coryza est une maladie due à plusieurs germes. Les plus importants sont : le calicivirus, la rhinotrachéite virale et la chlamydia (une sorte de petite bactérie). Les symptômes provoqués par ces agents infectieux se ressemblent tellement qu'ils sont tous repris sous le nom de coryza. La maladie est souvent due à l'association de plusieurs virus et bactéries.

Contagion

La maladie se répand d'un chat malade à l'autre. La manière la plus importante de la prolifération sont les aérosols. C'est-à-dire les petites gouttelettes remplies de germes pathogènes envoyés dans l'air par les éternuements d'un chat atteint. Ces gouttelettes sont si minuscules qu'elles peuvent se retrouver dans l'air très longtemps (plusieurs heures) et parcourir de grandes distances par voie aérienne. Notamment les chats vivants à l'étroit en communauté, comme dans des chatteries, refuges ou pensions d'animaux, peuvent être victime d'une épidémie. La maladie peut également être transmise par des paniers et cages contaminés ou par les mains, les vêtements et même les chaussures! de l'homme.

Symptômes

Tous les chats malades n'éternuent pas forcément. Le coryza peut également provoquer de la conjonctivite et une infection des voies respiratoires. Les chats contaminés ont les yeux infectés, des écoulements au niveau du nez et parfois des ulcères dans la bouche. Ils ont de la fièvre, perdent leur appétit et leur envie de boire et sont souvent en train d'éternuer et de saliver. Les animaux qui ne boivent plus, peuvent rapidement se retrouver dans un état critique de déshydratation. Les voies respiratoires infectées, forment également un milieu de culture idéal pour d'autres germes, qui, entre autre, peuvent provoquer une pneumonie. Ce sont surtout les jeunes animaux qui sont particulièrement sensibles aux symptômes du coryza. Leur système immunitaire n'est pas encore aussi développé et souvent, ils ne sont pas encore vaccinés. Néanmoins, dans la plupart des cas et avec le bon traitement, cette maladie est guérissable.

Traitement

Comme expliqué ci-dessus, le coryza est due à l'association de plusieurs virus et parfois aussi par la chlamydia. Malheureusement aucun médicament n'existe pour lutter contre ces virus, mais bien pour la chlamydia. Ceci implique que le traitement vise surtout à combattre les infections secondaires, à lutter contre la déshydratation et éventuellement à les forcer à s'alimenter.

Plus précisément, le traitement consiste à donner des antibiotiques au patient et si nécessaire une perfusion, ainsi qu'un régime alimentaire sain et savoureux.

Prévention

Comme le dicton le dit : “mieux vaut prévenir que guérir”. C'est également le cas pour le coryza. On peut très facilement protéger les animaux contre cette maladie par vaccination. Les vaccins sont administrés aux animaux en bonne santé afin de prévenir la maladie. Par contre, pour les animaux déjà atteints, une guérison préalable est nécessaire avant la vaccination. Il y a deux moyens. La première méthode, et la plus utilisée, consiste en une injection sous-cutanée du vaccin. L'autre méthode est intra nasale ou en gouttes, ce qui implique que le vaccin est administré dans le nez et dans les yeux. Les deux méthodes sont efficaces, mais le vaccin en gouttes à comme grand avantage d'augmenter plus rapidement la résistance, ce qui peut être très important lorsque le coryza est déjà présent dans l'environnement. Le grand désavantage de cette méthode est la réaction au vaccin. Tous les animaux vont temporairement présenter des symptômes du coryza, ce qui, dans certains cas, nécessite un traitement.

Les chatons peuvent être vaccinés dès l'âge de 9 semaines. Afin d'être bien protégé, la vaccination se fait en deux injections à un mois d'intervalle suivi d'un rappel annuel. Une vaccination plus fréquente est recommandée aux animaux qui séjournent dans un environnement contaminé ou à ceux qui visite régulièrement des chatteries, pensions, refuges ou endroits similaires.

Résumé

Le coryza est une maladie féline très commune qui se soigne bien mais il vaut mieux la prévenir en vaccinant les animaux. Toutefois, si votre animal présente les symptômes du coryza et afin d'augmenter les chances de guérison, il est important de commencer le traitement, qui doit être prescrit par votre vétérinaire, le plus rapidement possible.

 

Retour en haut de la page

La toxoplasmose

Il y a quatre raisons pour laquelle la toxoplasmose est importante pour les chats et leurs maîtres :

•  c'est une des affectations zoonotiques la plus importante chez les hommes (zoonotique signifie que c'est une maladie des animaux transmissible à l'homme)

•  la maladie touche surtout les fœtus ou les nouveau-nés, ce qui a un impact considérable sur les femmes – la plus grande partie des amateurs de chat.

•  les chats sont les seules hôtes de ce parasite pathogène.

•  les chats peuvent devenir cliniquement malades de ce parasite.

Le toxoplasma gondii est un parasite complexe. Ce parasite ne peut se multiplier qu'à l'intérieur de la cellule de son hôte qui est ainsi détruite.

Le parasite ne peut parcourir son cycle de vie que dans les intestins du chat, où il se reproduit par cycle sexué. Des oocystes sont formés et seront évacués par les selles.

Pratiquement tous les poissons, reptiles, oiseaux et mammifères peuvent servir d'hôte intermédiaire. La source de contamination la plus fréquente chez les chats sont les oiseaux, rongeurs et reptiles ou de la viande, crue ou pas bien cuite, contaminée par des kystes de ce parasite.

On retrouve la forme enkysté (kyste) de ce parasite le plus souvent dans le tissu musculaire des hôtes intermédiaires. Ces kystes peuvent rester relativement inactif jusqu'au moment où le tissu musculaire est mangé par un carnivore ou un omnivore (l'homme). La paroi dure du kyste est détruite dans l'estomac et les intestins ce qui libère des bradyzoïtes qui se transforment en tachyzoïtes. Seulement chez les chats, certaines tachyzoïtes acquièrent une forme sexuée et forment des oocystes féconds. Les autres tachyzoïtes chez les chats et tous les tachyzoïtes chez les autres, se dispersent dans tout le corps et se reproduisent par division asexuée pour devenir finalement, à cause du développement des anticorps, des kystes.

Les oocystes féconds sont libérés par les excréments du chat, jusqu'à 10.000 par jour tout de suite après la contamination. En général, les chats excrètent des oocystes entre le 5 ième et 14 ième jour après la contamination. Ces oocystes deviennent (après 1 à 2 jours) des sporocystes qui peuvent facilement survivre pendant un an dans un sol humide et chaud.

L'infection des hôtes intermédiaires se fait par les sporocystes. Les vaches, cochons, oiseaux, rongeurs, reptiles, ... mangent des herbes, légumes et graines de ce sol souillé. Une fois ingurgité, le parasite voyage dans le corps, se reproduit par division asexué pour finalement former des kystes dans le tissu musculaire, les poumons, le cerveau, le cœur, et ainsi de suite.

Les carnivores et les omnivores peuvent être infecté par les sporocystes (légumes mal lavés, contact avec un sol souillé ou contact avec des excréments félins contaminés).

Il faut bien se rendre compte que la contamination se fait par l'appareil digestif (!) ainsi que par les kystes (en mangeant de la viande contaminée cru ou pas bien cuite).

Dans le cas d'une contamination par le toxoplasma gondii, il y a rarement des symptômes. Après cela, aussi bien l'homme que l'animal sont immunisés. Si des symptômes apparaissent, ils sont souvent vagues puisque le parasite peut se déplacer dans tout le corps et infecter plusieurs organes. On ne peut pas conclure à la toxoplasmose simplement en voyant des signes cliniques. Il faut réaliser une analyse sanguine. On peut supposer une contamination à la toxoplasmose lors d'une concentration élevée d'anticorps. Un indicateur élevé peut également indiquer une infection antérieure. Vu que le parasite agit d'une manière arbitraire et détruit des cellules, le toxoplasma gondii peut avoir des conséquences graves et les animaux peuvent même en mourir, surtout en cas de dégât au système nerveux.

Une première infection à la toxoplasmose peut être dangereuse pour la femme enceinte. Le parasite peut atteindre le fœtus et détruire des cellules. Vu que le fœtus ne dispose pas encore d'un système immunitaire très développé, les conséquences peuvent être sérieuses : un retard mental, une hydrocéphalie, des anomalies oculaires graves voir la cécité, … Les formes les plus graves entraînent la mort du fœtus.

Les femmes ayant subi une infection ont développé des anticorps. On estime à 50% le nombre de femme immunisée. Le risque de contamination durant la grossesse est estimé à 0,5%. Une analyse du sang peut déterminer le risque : en cas d'absence d'anticorps, un contrôle régulier doit être effectué pendant toute la période de grossesse afin de détecter à temps une infection éventuelle.

Selon le Prof. Foulon (gynécologue à l'AZ VUB, spécialiste dans le domaine de la toxoplasmose), on peut éviter moyennant quelques mesures préventives, deux tiers des cas de toxoplasmose chez les nouveau-nés :

* il n'est pas nécessaire de se débarrasser du chat : les chats attrapent la toxoplasmose qu'une fois dans leur vie et excrètent ensuite des oocystes durant environ quinze jours. Les futures mamans doivent éviter à tout prix d'être en contact avec les excréments du chat vu le risque que le chat soit juste contaminé à ce moment-là. Nettoyer la litière est donc une tâche pour les autres membres de la famille qui ne sont donc pas enceintes.

* Les crudités doivent être lavées avant d'arriver à table. Simplement les laver suffit. Après, il faut également se laver les mains. Les kystes sont facilement éliminés via un rinçage des mains.

* Avant et après la manipulation de la viande crue, il faut également se laver les mains. Il faut éviter de manger de la viande crue. Les kystes ne survivent pas à une température inférieure à -20°C et supérieure à +70°C.

* Il faut porter des gants lors du jardinage et se laver les mains après.

La toxoplasmose peut resurgir en cas de problème d'immunodéficience comme durant une chimiothérapie, une transplantation d'organe ou le SIDA.

La Belgique et la France sont des précurseurs en ce qui concerne la recherche et la prévention de la toxoplasmose chez les nouveau-nés, tandis que par exemple la maladie est pratiquement inconnue aux Etats-Unis. Ceci serait dû au fait que les belges et les français mangent régulièrement de la viande crue ce qui est beaucoup moins le cas aux Etats-Unis.

 

Retour en haut de la page